Rapport France médecine génomique 2025

Le rapport France Médecine Génomique 2025 répond à la demande du Premier ministre adressée à l’Alliance Aviesan d’examiner la mise en place  sur 10 ans, des conditions de l’accès au diagnostic génétique en France. Ce plan est un travail collectif élaboré par de multiples collaborateurs : représentants institutionnels, des domaines de la recherche, de la santé, et de l’industrie, administrations centrales des ministères, CNAM, HAS…

La médecine génomique ou « personnalisée de précision » constitue une nouvelle approche de la maladie et du soin. Elle est fondée sur la personnalisation du diagnostic et du traitement en fonction des caractéristiques biologiques, génétiques et épigénétiques du patient, issues du séquençage de leur génome (ensemble des gènes).

Les 3 objectifs principaux du plan médecine génomique 2025 sont de :

– placer la France parmi  les grands pays engagés dans la médecine personnalisée de précision

– introduire la médecine de précision dans le parcours de soin des patients. Il s’agit d’instaurer  à l’horizon 2025 un parcours de soins générique commun à tous les patients affectés par les cancers, maladies rares ou communes.

– mettre en place une filière nationale de médecine génomique capable d’être un levier d’innovation scientifique et technologique, de valorisation industrielle et de croissance économique.

Dans le champ des maladies rares, la médecine de précision représente un enjeu de santé publique en permettant l’identification des modifications et des remaniements dans les gènes à l’origine des pathologies. Cela constitue une source majeure d’amélioration diagnostique. D’un point de vue économique, l’impact attendu est une réduction de l’errance diagnostique (diminution du nombre de bilans diagnostiques inutiles et onéreux, réduction des délais des analyses), l’optimisation de la prise en charge et de la stratégie thérapeutique. Cela devrait permettre une meilleure prévention de la maladie et/ou de ses complications.

L’objectif opérationnel à l’horizon 2020-2025 est de disposer d’une capacité de séquençage répartie sur une douzaine de plateforme permettant la prise en charge d’un minimum de 20 000 patients par an pour les maladies rares.

A savoir : l’ensemble des informations relatives à l’avancement et aux réalisations du Plan médecine génomique sera prochainement disponible sur un site internet dédié.

Consulter le rapport

Les commentaires sont clos.